Clear Waters

Ang Kai et LHAB sont deux amis qui débordent de passion pour la musique. Ang Kai, fan inconditionnel de Hip Hop, est producteur depuis quatre ans, quant à LHAB, aka L’Homme à Barbe, ses amours musicaux penche plutôt vers ce qu’on appelle communément la “Black Music”. Il pratique le chant depuis sept ans et s’est peu à peu tourné vers la production musicale, une manière pour lui de compléter son armurie musicale et d’être totalement indépendant dans son travail. Dans l’équipe Clear Waters Ang Kai est celui qui manage et coordonne le travail, LHAB comme il le dit lui-même son “truc c’est plus l’artistique”. Rencontre avec les fondateurs du collectif parisien : Clear Waters.

Tiffa : Qu’est-ce qui a fait que le projet Clear Waters s’est concrétisée ?
Ang Kai : Je dirais l’envie d’entreprendre quelque chose de concret.
LHAB : Oui voilà. C’était un besoin de donner un sens à notre musique « de chambre ». Faire en sorte que notre passion impacte vraiment dans le réel. On a tout simplement eu envie d’entreprendre, d’être acteur et non spectateur de nos vies, d’affronter le monde je dirais.

Tiffa : A l’origine il n’y avait que vous deux ?
Ang Kai : Pas au sein de Clear Waters. On faisait surtout de la musique ensemble tout en passant notre temps à refaire le monde. Clear Waters s’est directement formé autour d’une petite dizaine de personnes.
LHAB : Oui, à force de passer nos journées à refaire le monde dans nos chambres, on s’est dit pourquoi on n’essaierai pas de réellement le faire. On a monté un équipe, et ensuite seulement Clear Waters est né.

Tiffa : Pourquoi “Clear Waters” ? Un nom sorti lorsque vous refaisiez le monde ?
Ang Kai : Même pas ! On a brainstormé avec toute l’équipe, et Mikano a trouvé ça ! J’aurais du mal a expliquer aussi bien que lui la signification de ce nom…

Mikano est le rappeur du collectif

LHAB : (rire) c’est exactement ça ! On cherchait un nom et Mikano a proposé Clear Waters. Personne n’a trouvé mieux. On s’était dit un truc du genre, “on garde ça pour le moment, on changera plus tard”, c’est ça Théo ? Puis finalement c’est resté et on l’a complément adopté. Sans le vouloir on a, par un travail collectif, donné sens à ce nom qui n’en avait pas forcément au départ.

Tiffa : On a compris que vous êtes une bande d’amis. Vous êtes tous des passionnés de musique ou c’est bien plus ?
Ang Kai : A l’origine pas tellement une bande d’amis. Il n’y avait que LHAB et moi qui connaissions tout le monde, et encore… Ça s’est soudé avec le temps. Je dirais qu’on est unis par un certain amour de la musique mais surtout une vision de celle-ci.
LHAB : Il n’y a que toi qui connaissait tout le monde ! Moi je ne connaissais que le jeune svtvs que j’ai voulu intégré au projet. J’avais déjà entendu parler des autres par la bouche de Théo mais je ne les connaissais pas personnellement. J’ai fini par les rencontrer, et nous sommes devenus une bande de très bons potes. C’est surtout la musique et le projet Clear Waters qui nous lient.

svtvs

Son deuxième EP est sorti le 17 août 2017 sur Clear Waters.

Tiffa : Quelques mois après la “naissance” du collectif vous avez enchaîné les soirées. Quel est le bilan à l’heure actuelle ? Si on peut parler de bilan.
Ang Kai : On a fait ça simplement pour avoir l’occasion de se produire régulièrement sans forcément dépendre de la volonté de quelqu’un. Par la suite, on a eu l’opportunité d’être invité à de super évents et à l’heure actuelle le bilan est vraiment cool ! On a pu jouer avec Ichon, Krisy, Jay Prince, A2H, SugarHillGang, Flow Fi… C’est déjà énorme pour nous !
LHAB : Oui c’est vrai que c’est fou ! Passer de nos chambres à la scène c’est vraiment gratifiant et motivant. Après, si on veut être un peu plus pragmatique c’est aussi une façon pour nous de récupérer un petit pécule pour nous permettre d’investir dans la production musicale de Clear Waters. Il ne faut pas oublier que notre première volonté est de produire de la musique.

Tiffa : Bilan plutôt positif alors ! Ang Kai, pratiquement tous les membres ont sorti un EP sur Clear Waters. Quand est-ce que tu sors le tiens ?
Ang Kai : Fin septembre si tout se passe bien, j’y travaille actuellement !

LHAB et Ang Kai

Tiffa : Cool ! Ce sera ton deuxième EP. Comment tu le sens celui là ?
Ang Kai : Beaucoup mieux que le premier. A vrai dire je ne considère pas le premier comme un vrai EP. C’est un projet que je n’apprécie pas vraiment et que j’ai mal préparé. Je sais que celui qui arrive est beaucoup plus solide, poussé et personnel. Je suis impatient
de le terminer !
LHAB : Ce n’est pas mon projet mais j’ai très hâte aussi. Ce sera une belle finalité à cette première année ! Et puis Théo à beaucoup été dans le don cette année jusqu’à délaisser sa musique. Maintenant c’est à nous de lui donner du temps pour son expression artistique.

Tiffa : Je suis impatiente de l’écouter. On aura droit à combien de morceaux ?
Ang Kai : Je sais pas encore actuellement, je peux pas trop m’avancer sur la question…

Tiffa : Parlons un peu de rêves et d’autres envies musicales. Vous l’imaginez comment une réussite dans ce milieu ?
Ang Kai : On a encore du mal à l’imaginer. Faut avouer qu’en septembre 2016 on aurait jamais oser imaginer avoir autant d’opportunités.
LHAB : Oui c’est exactement ça. C’est compliqué de s’imaginer une « réussite » comme tu dis. On fait ce que l’on aime, c’est déjà un premier rapport à la réussite en soit, non ? Sinon, je pense que l’on va faire ce que l’on a fait cette année. On va suivre le planning que l’on s’est fixé, on va essayer de planter au mieux pour récolter au mieux. Globalement, on espère apporter quelque chose de nouveau et de frais sur Paris dans les années à venir.

Tiffa : Vous ne visez pas l’international ?
Ang Kai : Si bien sur, même qu’on en rêve ! On espère que ça nous tombera dessus le plus rapidement possible. On va bosser encore plus dur pour ça 🙂

Tiffa : Je vous le souhaite ! Qu’est-ce que vous avez à dire à ceux et celles qui ne vous suivent pas encore ?
Ang Kai : De prendre le temps de découvrir notre travail, de s’y intéresser. Ils ne seront pas déçus.
LHAB : Je n’aurais pas dit mieux !

Tiffa : Merci à vous !

Soundcloud • BandcampTumblrFacebook • Instagram

Anciennement cofondatrice de Spacemood – Désormais membre de OnlyGoodVibes et depuis peu maman de Petite Purple.
J’aime passer du temps à écouter de la musique, faire l’amour à l’anthropologie et me mettre du rouge à lèvres.

Next Post

Previous Post

Leave a Reply

© 2017 Petite purple

Theme by Anders Norén